Accueil    Espace ACTU'     La Prem' Hier    Ailleurs    Roly    Chansons    Totemoscope    Trombinoscope    Livre d'Or    Cont@ct

CE QUE LE SCOUTISME ce n'est pas :
de :"Aids to Scoutmastership" ("Le guide du chef éclaireur") - 1919


Le Scoutisme

- ce n'est pas oeuvre de bienfaisance dirigée par les gens du monde pour le bien des enfants pauvres.

- ce n'est pas une école ayant un plan d'études défini et des programmes d'examens définis.

- ce n'est pas une troupe d'officiers et de soldats destinée à donner de la virilité aux garçons et aux filles à coup d'exercices militaires..

- ce n'est pas une agence de petits messagers pour la commodité du public.

- ce n'est pas une exposition où des résultats superficiels sont obtenus grâce à une distribution d'insignes de mérite, de médailles, etc. Tout cela est extérieur, tandis que l'éducation scout vient tout entière du dedans.

- c'est un jeu pour les garçons, suidé par des garçons dans lequel des frères aînés peuvent procurer à leurs cadets un milieu sain et les encorager à des activités saines qui puissent les aider à développer leur civisme


signature de Baden-Powell






REFLEXIONS DE B.P. SUR L'EDUCATION
recueillies par le père Faon, à partir du livre "Jouer le Jeu", éd. "Scouts de France", 1982


EDUCATION (OPP. À INSTRUCTION)

L’auto-éducation, c'est-à-dire ce qu'un garçon apprend par lui-même, c'est ce qui va lui rester et le guider plus tard dans la vie, beaucoup plus que tout ce qui lui est imposé par l'instruction donnée par un professeur.
SFB, 26e éd., 243. (même idée dans Aids, WB, 59 et SYM, 40).

Le secret d'une éducation saine c'est de mettre chaque élève en condition d'apprendre par lui-même, au lieu de l'instruire en canalisant en lui des connaissances conformément à un modèle stéréotypé.
H .Q G, janvier 19 12. (même idée dans E, 3 13 et A ids, IVB, 3 0

*

Les points qu'il est nécessaire de développer dans nos jeunes en vue d'en faire de bons citoyens sont, par ordre d'importance:
1. Le caractère
2. Les connaissances.

Le point 2 est enseigné dans les écoles, alors que le point 1 est laissé aux élèves qui doivent se le procurer eux-mêmës en dehors des heures d'école, selon le milieu qui est le leur. Le point 1 est précisément ce que nous essayons de fournir dans le Mouvement scout.

Les deux systèmes principaux de formation sont
1. L'éducation qui consiste à « sortir » la personnalité de chaque garçon et à lui communiquer l'ambition et l'enthousiasme d'apprendre par lui-même.
2. L'instruction qui consiste à imprimer les connaissances dans l'esprit du garçon ou à les y faire entrer à force d'insister.

Le second système est encore trop souvent employé. Dans le Mouvement scout nous employons le premier système.
HQG, octobre 1913.

*

Je crois fermement en la possibilité de rendre la formation intéressante pour les élèves, dé façon qu'ils soient encouragés à apprendre par eux-mêmes, stimulés par leur propre enthousiasme; le travail devient ainsi pour eux un processus d'auto-éducation et personne n'est là pour leur infliger les notions arides d'une instruction. QTW 100-101. (même idée, appliquée au scoutisme, dans Aids, WB,19, et LDE, introduction)

*

L'instruction morale directe, comme l'entraînement militaire, donne un joli vernis, mais s'il n'y a pas dessous un caractère bien façonné, cela ne tient pas.
LI, 210 et LDE, 209-210

*

tandis que le scoutisme se propose essentiellement de développer avant tout son caractère personnel et son esprit d'initiative.
GCE, 13

*

L'âme [de l'Eclaireuse] - est éduquée - c'est-à-dire s'épanouit d'elle-même - de l'intérieur; elle ne peut pas être développée artificiellement et de l'extérieur par une instruction livresque ou par une série de règlements.
LDE, 217.

*

Le Chef éduque le garçon en l'encourageant à s'exprimer par lui-même, au lieu de lui inculquer la discipline par des méthodes policières de répression.
TSr, août 1934. (même idée dans SYM, 54)


ÉDUCATION, (IMPORTANCE DE L')

Tu seras plus heureux si tu as pour but de rendre ce monde un peu meilleur par ta présence. Un pas dans cette direction c'est, en tant que père, de faire de ton fils un homme meilleur que toi-même
.RDS, 150.


EDUCATION (SUCCÈS DANS L')

Le bilan d'une communauté ne saurait être approuvé comme positif si le coût de la formation de bons citoyens par le moyen du système éducatif et de l'Église est inférieur à celui, de signe opposé, qui consiste à punir les mauvais citoyens par le truchement de la police et des prisons.
Jamb, avril 1921,

> La preuve du succès dans l'éducation d'un garçon ce n'est pas dans ce qu'il sait après l'examen final de sa scolarité, mais dans ce qu'il fait dix ans après.
HQG, août 1922 (c’est une des « notes sur papier à essuyer le rasoir »- de B.-P.).


ÉDUCATION ACTIVE (OPPOSEE A PASSIVE)

Un Scout est actif pour faire le bien; il ne faut pas qu'il reste passif en se bornant à être bon.
WB, 66 :(« Le garçon est toujours disposé à faire, plutôt qu’à digérer» ).

Les connaissances qu'on a cherchées restent, celles qu'on n'a pas cherchées se perdent.
HQG, janvier 1916.

Un garçon a rend par la pratique, non par la théorie. « Aimer » n'est pour lui qu'un état d'âme, tandis que son expression concrète, c'est-à-dire rendre service aux autres, est quelque chose qu'il peut faire: c'est tout fait différent.
Ainsi, pour les jeunes, nous devons traduire l'esprit religieux dans des actions concrètes. C’est la raison pour laquelle dans la Loi et la Promesse scoutes nous donnons, à la place de l'idée abstraite « aimer Dieu », son équivalent concret « faire son devoir envers Dieu », et au lieu de l'idée abstraite « aimer son prochain », l'équivalent concret « aider son prochain en toutes circonstances ».
Rapport à la Conférence de York, dans Jamb, juillet 1928. (même idée dans le discours à la Conférence des Commissaires scouts et guides, 2juillet 1926).


ÉDUCATION PERMANENTE

Un bon nombre de jeunes gens trouvent à vingt-deux ans qu'ils savent pratiquement tout ce que l'on doit savoir, et ils veulent que les autres sachent qu'ils le suivent. Quand ils atteignent trente-deux ans, ils s'aperçoivent qu'ils ont encore une ou deux choses à apprendre; à quarante-deux ans ils se mettent à apprendre sans relâche (et c'est ce que je fais encore à soixante-treize ans).
RDS, 168.


ÉDUCATION POSITIVE (OPP. À NÉGATIVE)

Les instructions, et en particulier les ordres, sont susceptibles d'avoir un effet différent et même opposé chez les garçons. Commandez à un garçon de ne pas fumer, et immédiatement il sera tenté d'essayer cette aventure; mais donnez-lui l'exemple, montrez-lui que n'importe quel imbécile peut fumer, mais qu'un bon Scout s'en abstient, et le résultat sera bien différent.
HQG, juillet 1910.

Multiplier les interdictions, c'est inciter à faire le mal. Infusez plutôt le véritable esprit; l'esprit est à l'action comme la poudre est au coup de feu.
LL, 210 et LDE, 209.

L'éducation doit être positive, et non pas négative; active, non pas passive. C'est pourquoi la Loi scoute dans chacun de ses articles dit : « Le Scout est » ou « fait » ceci ou cela.
HQE, fév 1916


Version imprimable


signature de Baden-Powell





Accueil    Espace ACTU'     La Prem' Hier    Ailleurs    Roly    Chansons    Totemoscope    Trombinoscope    Livre d'Or    Cont@ct